Ghislain Gagnon

Je m'étais souvenu de Petr Král. Et plus particulièrement d'une phrase magnifique que l'on trouve parmi ses proses et qu'avec le temps j'ai fini par apprendre par coeur (il parle de La canne). Le poète écrit : "A une heure tardive, quelquefois, ne devient canne et soutien qu'un lumineux hoquet de trompettiste jailli des sillons d'un vieux disque noir, pour biffer brièvement la nuit d'un trait rebelle." Nom de Dieu ! Dur la tête de ma vieille mère si j'avais eu la chance dans ma vie d'écrire une seule phrase aussi somptueuse, je serais tout de suite rentré à la maison ! Et je jure, devant le Ciel et tout ce que vous voudrez, que je n'aurais plus jamais enquiquiné personne avec mes velléités littéraires. Je serais entré en silence. Comme on entre en religion, au couvent, au monastère. Je me serais tu, pour toujours, ce qu'on est en droit de faire lorsqu'on a eu le privilège de surfer sur le sommet des plus hautes vagues du discours poétique. Je me serais terré, pour toujours, mais pas sans d'abord avoir lâché quelques éclats de rire tonitruants qui eussent, pour mon plus grand plaisir, énervé certains de mes contemporains...

(Extrait du Volet blanc)

  • A Paris, à la LIBRAIRIE DU QUEBEC, 30 rue Gay-Lussac, 75005

  • A Carouge, à la librairie Nouvelles Pages, 15 rue Saint-Joseph

  • A Lyon, à la librairie Terre des Livres, 86 rue de Marseille, 69007